New Harmony, Indiana

Mile 0599

Welcome to New Harmony

New Harmony est un endroit particulier, lieu de deux sociétés utopiques successives. La première est celle des Harmonistes, fondée par Georg Rapp. Cette communauté, appartient au mouvement dit séparatiste (où on trouve également Zoar et Amana), correspondant à l’installation aux Etats-Unis de populations fuyant les persécutions religieuses au Wurtemberg. Après avoir fondé Harmonie en Pennsylvanie (1805), la communauté décide de s’implanter dans l’Indiana. Elle y restera pendant 10 ans. Sous l’égide de son chef spirituel, elle y fait preuve les premières années d’un dynamisme économique certain, basé sur une forte diversification (au-delà de l’agriculture) et attire de nouveaux membres (définitivement admis après un an). Toutefois, comme souligné par D. Pitzer (2012), face à la montée de difficultés économiques (lié à l’éloignement des marchés d’exportation) et du mécontentement d’une nouvelle génération, G. Rapp décida de refonder son pouvoir par la recréation d’une nouvelle communauté en Pennsylvanie.

En 1825, la ville est alors vendue à Robert Owen, qui après New Lanark, est à la recherche d’un endroit où mettre en place sa « communauté de l’égalité ». Beaucoup a été écrit sur cette communauté qui s’achève après deux ans et demi, et de nombreuses réformes (changement des statuts, création de branches séparées, commerce via des échanges de bons de travail…) par un échec et la perte par Robert Owen d’une fortune (au moins 200 000 dollars).

Faut-il uniquement apprécier les expériences utopiques à l’aune de leur durée? Aussi bien D. Mckanan (2007) que Jon Wagner (1983) ont pu remettre en cause cette idée. D’autres critères comme l’émancipation des individus qui les composent ou l’impact sur la société environnante peuvent rentrer en compte. Comme l’a souligné D. Pitzer (2012), New Harmony a eu une influence forte sur le développement économique, social et intellectuel de l’Indiana et l’illinois, via par exemple la création du réseau des Workingmen’s institutes.

Workingmen’s Institute, New Harmony

Ces instituts ont notamment promu l’idée d’une éducation pour tous et d’un système de libraires publiques gratuites. Les enfants de Robert Owen ont eu une influence politique fondamentale. Le Boatload of Knowledge, du nom de cette expédition sur la rivière Ohio de Pittsburg à New Harmony, eu un impact fondamental sur la développement scientifique de la région.

Références

Pitzer, D. E. (2012). New Harmony then and now. Indiana University Press. (photos de Darryl D. Jones)
McKanan D. (2007) Making sense of failure: from death to resurrection in nineteenth-century American communitarianism. Utopian Studies, 18(2) : 159-192
Wagner J (1985) Success in Intentional Communities: The Problem of Evaluation, Communal Societies, 5 : 89-100.

Utopia Mix Tape

Morcheeba

Beer with a conscience

Patrick McGovern, professeur à Penn State, avec l’appui de la brasserie Dogfish, a largement lancé la mode de la reconstruction historique des breuvages du passé, en développant la discipline « d’archéologie biomoléculaire ». La New York Public Library possède la fameuse recette « to make small beer » de George Washington. Différents brasseurs l’ont testé avec un succès mitigé.

Raintree Brewing a recréé une Harmonie Bier à partir d’une recette retrouvée dans les archives Harmonistes. Il s’agit d’une Dark Lager, qu’on rattache au style Dunkel, classique en Allemagne.

Comme on peut le constater dans l’ouvrage « A Documentary History of the Indiana Decade of the Harmony Society » (K.J. Arndt), la production brassicole a été une source de revenus importante pour les harmonistes, qui distribuaient leur bière dans plusieurs Etats américains (Indiana, Illinois, Missouri, Kentucky et même Pennsylvanie). Si la production a été beaucoup plus limitée à l’époque d’Owen, un coup d’oeil aux comptes de la communauté montre que la taverne (avec l’hôtel) a permis en partie de tenir à flot la communauté, grâce à l’accueil des nombreux visiteurs venant y faire du tourisme et curieux de découvrir cette expérience socialiste dont on parlait tant.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.