Utopian Tour 2019 : Aperçu du programme

Entre le 4 juin et le 28 juin, je vais être ainsi successivement

  • accueilli au Center for Communal Studies, University of Southern Indiana.
  • en visite dans différentes universités (University of Illinois, Southern Illinois University, University of Wisconsin, University of Michigan, New York University, Yale)
  • et sociétés historiques (Ohio State Historical Society, New Jersey Historical Society, Monmouth Historical Society) ou librairies publiques (Detroit Public Library, New York Public Library)
  • en « pèlerinage » sur la tombe de Etienne Cabet
  • de retour à Corning
  • à la découverte de trois communautés historiques (New Harmony, Zoar et Amana)
  • à la recherche des vestiges de phalanstères fouriéristes du MidWest ou de la côte est
  • ou encore à prendre un café (et sûrement de l’essence) à Utopia

Cela conduira à la visite de 9 Etats américains (Indiana, Ohio, Iowa, Illinois, Wisconsin, Michigan, Pennsylvanie, New Jersey, New York).

Un billet sera émis par jour.

Vous pourrez également suivre tout cela sur twitter.

Comment peut-on faire une histoire des utopies socialistes?

Cette interrogation a un double sens.

Quel sens cela a-t-il de s’intéresser encore à ces communautés ? En quoi peuvent-elles encore être utiles à être étudiées? Nous informent-elles sur le temps présent? Peut-on encore faire de la recherche à leur propos? Est il possible de « publier »?

Répondre à ces questions suppose de s’interroger sur le processus de mise au point des objets de recherche. Cet exercice est fait dans les habilitations à diriger les recherches où le candidat est souvent contraint à répéter cette illusion biographique (Bourdieu 1986) qui est de rendre cohérent ce qui ne l’ait pas forcément afin de ne pas prêter le flanc à la critique de « la dispersion ». On pourrait soutenir la position inverse qui est celle de prendre au sérieux cette possibilité de laisser place au hasard, la surprise, la « sérendipité » dans le processus d’une recherche.

A titre personnel, il s’agit de l’histoire et du hasard d’une rencontre.

C’est le hasard des correspondances en avion qui m’a ainsi conduit à venir à Corning, petit village de l’Iowa, au retour d’un séjour au Center for the study of Cooperatives de Saskatoon. Le positionnement de Saskatoon au milieu de la région des Prairies du Canada rend nécessaire une correspondance sur le territoire nord-américain afin de rentrer en Europe.

University of Saskatchewan

Dès lors il est possible soit de choisir une correspondance pour minimiser le temps total de transport ou soit au contraire de profiter cette opportunité pour visiter une communauté locale de chercheurs sur les coopératives. Le midwest américain compte en effet des centres, unités de recherche et chercheurs réputés sur cette question (University of Wisconsin, Iowa State University notamment). Travaillant sur les coopératives de matériel agricole, je décide de contacter alors Georgeanne Artz, Professeure à la Iowa State University, malheureusement ajourd’hui décédée. Georgeanne, dont je ne connaissais que les travaux, me répond aussitôt et me propose d’aller rendre visite des coopératives de matériel agricole américaines.

Dear Professor Rousselière,
I’d be delighted to meet with you in June.  At this time, I don’t foresee any conflict on my schedule for the dates you propose.
I think we can likely arrange a meeting with one of the farm cooperatives we are familiar with here.  In particular, we have a group of approximately 8 aronia berry growers who have formed a machinery sharing venture and have been exploring a joint marketing venture that might be interesting to visit.
Georgeanne

Les membres de la CUMA de Council Bluffs (Iowa) accompagnés de G. Artz (deuxième en partant de la gauche)

Ensuite il est possible que si vous reprenez une carte, vous puissiez en la regardant vous rappeler vaguement ce que vous aviez pu lire dans le passé sur les expériences communautaires aux USA. Vous pouvez reprendre pour cela votre exemplaire de « La Sociale en Amérique » de Michel Cordillot (2002).

Vous vous rendez compte alors que Corning, lieu emblématique des expériences communautaires socialistes utopiques, n’est pas très loin de Ames. Vous allez sur internet et vous tombez sur le site de la French Icarian Colony Foundation. Et là que se passe t il si vous les contactez?

Hello Damien,
Yes we would love to host you at the Village.  Just let me know the date and I will invite some of the Icarian descendants to join us for the discussion.  I look forward to meeting you.
Saundra

Il ne vous reste plus qu’à louer une voiture, prendre une casquette des Green Bay Packers (club de NFL connu pour sa structure coopérative) pour faire couleur locale et y aller.

On the road to Icaria

Mais alors, et c’est le second sens de l’interrogation, comment concrètement peut-on faire cette histoire?

Descendants de la communauté icarienne de Corning
Les représentants de la French Icarian Colony Foundation

Alors qu’il existe de nombreux travaux de chercheurs américains abordant les expériences communautaires, que cela soit via une approche globale (historienne comme celle de C.J. Guarneri (1992), quantitative centrée sur leur dynamique comme celle de J. Kitts (2009)) ou propre à une tendance en particulier (e.g. D. Garno 2005, R. Sutton (1994)), et qu’en outre non seulement des revues scientifiques leur sont en grande partie dédiées (Communal Societies, Utopian Studies), très peu de choses ont été écrites par des auteurs francophones sur les utopies américaines en grande partie inspirées par des théoriciens européens. A certaines exceptions près (e.g. Mendès 2008; Brémand 2008), en outre la plupart du temps ces expériences sont évoquées de manière elliptiques, à partir de données de seconde main.

Si vous ne voulez pas répéter cela, il est donc nécessaire d’aller sur le « terrain ». Ce terrain est composé des archives des communautés, des lettres échangés entre les membres, des dossiers accumulés par les chercheurs contemporains dont certains ont entretenu une relation épistolaire avec les membres de ces communautés.

C’est le sens de ce troisième séjour aux USA (juin 2019).

Références
Bourdieu, P. (1986). L’illusion biographique. Actes de la recherche en sciences sociales62(1), 69-72.
Brémand, N. (2008) Les socialismes et l’enfance, Expérimentation et utopie (1830-1870), Presses Universitaires de Rennes.
Cordillot, M. (2002). La Sociale en Amérique: dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis, 1848-1922. Editions de l’Atelier.
Garno, D. M. (2006). Citoyennes and Icaria, University Press of America.
Guarneri, C. J. (1994). The utopian alternative: Fourierism in nineteenth-century America. Cornell University Press.
Kitts, J. A. (2009). Paradise lost: age-dependent mortality of American communes, 1609–1965. Social Forces87(3), 1193-1222.
Mendès, V. (2008). Voyage en Icarie. Jeunesse et conflits de générations, 1848-1898. Siècles, (28), 37-58.
Sutton, R. P. (1994). Les icariens: the utopian dream in Europe and America. University of Illinois Press.

Icaries et phalanstères

Les États-Unis ont été au XIXe siècle le théâtre de nombreuses expérimentations sociales provenant en particulier du socialisme utopique. L’organisation au quotidien de ces expérimentations est toutefois peu connue. S’appuyant sur l’accès à des sources et archives inédites, ce carnet de recherche vise à ce titre à rendre compte d’un programme de recherche portant sur les communautés utopiques américaines, et surtout les communautés icariennes et fouriéristes. Il proposera également une veille scientifique sur ce sujet.

Site de Icarie, Corning, Iowa